Doubs et Jura, juillet 2011

 

Dimanche 2 juillet

Il est 16h pétante lorsque je tourne la clef de contact. 3 heures plus tard nous sommes à Mouthe sur le haut plateau du Doubs. J’ai pris l’autoroute à Ambérieu dans l’Ain pour rejoindre Oyonnax afin d’éviter les petites routes du coté de Cerdon. 8,20 euros mais un passage direct vers Clairvaux les Lacs et Saint Laurent en Grandvaux. Saint Laurent en Grandvaux justement..... on s’y arrête pur prendre du Comté et du Morbier à la fruitière. Dommage que le Louis est fermé en ce dimanche. Le Louis ? c’est la petite charcuterie réputée dans le village de part ses spécialités et son personnage. Mais qu’est ce que sa charcuterie est bonne !!! Dommage, je m’y arrêterais au retour je pense.

 

Mouthe, l’aire de service est grande et proche du centre. Il y a même des jeux d’enfants à proximité. 22° à 20h00 mais la nuit s’annonce fraiche, je règle l’Alde à 17° on ne sait jamais. 5 CC sont là dont un LVX 850. Bien évidement on parlera du Voyageur, des avantages et des inconvénients..

Mouthe, l'aire de service de jour et de nuit.

 

Sur les manèges....

 

 

... et en osmose avec les chats...!

 

Lundi 3 juillet

Finalement la nuit aura été tranquille mais quelque peu fraiche (7°). Le chauffage à 17 était impeccable et lorsque 9h00 sonne au clocher, il fait presque chaud dans le CC, le soleil pointant déjà ses rayons sur Mouthe. Les sources du Doubs sont à 1,5km. Voilà une belle occasion de marche en cette si belle matinée. Un petit chemin bien aménagé le long de ce  ruisseau qui deviendra au fil de sa progression la rivière Doubs nous mène donc jusqu’à la source. Cette eau sort miraculeusement de la falaise pour courir sur les hauts plateaux.

 

Après un ravitaillement au supermarché local, nous rejoignons Jougne ou nous devons nous poser dans une pisciculture France Passion.

Lundi c’est fermé ! Ah, c’est pas marqué dans le guide.. on repart direction le Lac de Saint Point. Malbuisson, l’aire est situé dans un camping, j’opte pour celle de Saint Point Lac à 50 m du bord de l’eau. L’aire est en longueur et en ce mois de juillet, il vaut mieux arriver de bonne heure car les places sont chères.....
7,50 euros service compris (pas d’électricité)

A votre santé ! Au bord du lac de Saint Point

L’eau du lac est à 20°, nous ferons une heure de pédalo mais Meije souhaite aussi faire une demi heure de parc nautique (5 euros la demi heure). Un petit bassin avec des jeux gonflables. J’irais finalement à l’eau pour lui faire plaisir... mais l’eau à 20°... c’est pas trop ma tasse de thé.

 

Le clocher de Mouthe Celui de Saint-Point-Lac

Dans le village de Saint Point Lac, je trouve une fromagerie qui fait aussi des spécialités locales. Poitrine fumée à vous donner l’eau à la bouche mais aussi cancoillotte maison à l’échalotte et un fromage blanc..... avec lequel je suis obligé de prendre de la crème épaisse qui n’attendait que moi... forcement. C’est pas sérieux mais tant pis.. qu’est ce que c’est bon !

Mardi 4 juillet

10 heures, nous prenons la route. Direction Jougne bien sur pour aller faire pêcher Meije. Le responsable de le pisciculture m’a dit qu’à Labergement Sainte Marie il y a une magasin de pêche ou nous pourrions trouver des appâts. On cherche mais on ne trouve et pour cause.. le magasin n’existe plus ! Franchement, il devait bien le savoir !!!!! Bizarre cet homme !

Dans notre malheur, la fonderie de cloche Ortino, très connue dans la région organise à 11h la coulée des cloches. Pour une fois que nous arrivons le bon jour et à la bonne heure. Le CC garé prend pas mal de place mais bon.... je suis comme eux... un simple visiteur ! C’est bien foutu... la coulée à lieu devant nous mais nous sommes à l'extérieur (la loi ne les autorisent pas à avoir des visiteurs à l’intérieur lors de la coulée)  Des petits bancs nous sont mis à disposition afin de monter dessus et de former une seconde rangée ce qui va nous permettre d’apercevoir quelque chose. Finalement j’arrive à filmer la scène.... la caméra en l’air à bout de bras.

     

 

La coulée des cloches chez Obertino

Vidéo HD  de la coulée des cloches chez Obertino
à Labergement Sainte Marie dans le Doubs (25) 

 

12h, nous sommes à Jougne à la pisciculture France Passion. L’endroit y est très agréable. Le CC surplombe un étang dans lequel Meije va pêcher tout l’après midi. Je ne «sens» pas bien le patron. On nous donne une canne avec du 40 centièmes et un hameçon en forme d’ancre de marine, une petite boite avec du coeur de boeuf et à nous de nous débrouiller.... Une personne nous apporte un sceau avec 6 truites portion qu’elle relâche dans l’étang, à nous de les prendre . J’y vois pas bien beau. Vous vous doutez bien qu’au bout d’une heure, Meije n’ayant rien pris, nous révisons nos plans. Est il possible de pêcher dans les bassins dédiés à la pêche au kg ? Ben non, je vous avait prévenu.... si vous venez pêcher là, c’est 8 euros du kg en plus des 20 euros ! Vous me faites un prix, elle n’a rien pris là bas ? Non ! Pas cool le France Passion. Et le voilà partit dans un débat du commerçant qui n’y arrive plus, les temps sont durs... etc etc... Bon prince j’accepte et Meije prendra en 10mn... 4 truites ! Elle est heureuse.. tant mieux.. et je paierais 11 euros en plus.

 

Vous pouvez continuez à pêcher dans l’étang nous dit il ! Oui mais cette fois, je vais sortir ma canne à pêche achetée en bord de mer et je devrais bien avoir une ligne qui devrait convenir avec un hameçon de 8. Jamais j'aurais pensé prendre du poisson en eau douce avec celle là. 3 truites que nous avons pris.... elle est heureuse..  Savez quoi ? elle a même apprécié la truite que j’ai fais cuire ce soir.  Entre temps un CC est arrivé et dans le fil de la discussion, nous nous apercevoir que nous avons ami commun ! Le monde est tout petit... ! 

Mercredi 5 juillet

Le ciel est étoilé et aucune lumière parasite ne vient polluer ce spectacle. J’apprécie l’instant présent, je décompresse, je suis sur un terrain que j’ai très bien connu. Je ne me sens pas comme chez moi... je suis chez moi !!!!. La nuit va être fraiche voir très fraiche, nous sommes au bord de la rivière le Lizon. 

Une sacré journée qui vient de s’écouler passer fructueuse en rencontres. Après avoir salué nos amis CC de la veille nous rejoignons Pontarlier. Chemin faisant, le Tuyé de chez Decreuze nous interpelle. L’arrêt est obligé afin de montrer à Meije comment on fume la viande. Enrichissant tant pour elle que pour moi vu le lard fumé embarqué dans le frigo ! Après avoir rejoint Monique, une tante résidant à Pontarlier, nous mangerons ensemble à midi sans une certaine émotion ! 

Que du fumé ...! Pas de bol, la route est barrée ! on passera quand même.

Vuillecin, à coté de Pontarlier sera notre prochaine étape pour rendre visite à Marie-Rose. Lorsque j’étais gamin, j’ai passé mes vacances d’été pendant mes14 premières années à Cussey sur Lizon ou résidait à l’époque Marie avec son frère et ses parents.  Mes parents avaient acheté un moulin sur le Lizon. Mon père, dans sa tournerie y faisait des bondes de tonneaux . Pendant 4 ans j’ai vécu dans ce moulin et au début de années 60, mon père revendit ce moulin pour rejoindre la ville et le travail assuré. Pendant les années qui suivirent, je passais mes toutes mes vacances chez Vicaire, des fermiers et amis de mes parents. J’y ai surement passé les meilleurs moments de mon enfance entre les foins, les vaches à mener au champ, les moissons et les fêtes locales. Ils n’avaient rien en ce début des années 60 mais qu’est ce qu’on y a vécu comme des rois.

L'église désormais classée ou j'ai été baptisé. Le moulin de mon père au bord du Lison

Vous devez ben vous doutez que je vais retourner là bas. Revoir Cussey sur Lizon, là ou il y a 14 ans j’y ai déposé avec mon frère les cendres d mon père au pied de «son moulin» .... Mais c’était sans compter sur l’église qui depuis est classée monument historique (moi qui est été baptisé ici..). Du coup, le village est en effervescence et la seule route qui y mène est coupée pour cause de rénovation. Imaginez arriver avec un CC de 8m de long là ou généralement les campings car ne viennent jamais. J’ai pu passer entre les travaux, au pas, en essayant de ne pas rafler la coque polyester du CC.  J’ai pu longuement discuter avec un «ancien» du village de deux ans mon ainé avec qui j’ai forcement du jouer voir faire des bêtises.... 

Passé le village, je peux rejoindre une toute petit route (faut pas croiser quelqu’un car je ne sais pas comment on va faire, la route ne mesure que 3m de large) qui va me conduire au moulin de mon père. Il y a 14 le moulin était quelque peu à l’abandon mais oh surprise.... l’endroit est entièrement rénové et il doit y faire bon vivre. J’arrête le CC devant et vu que le chemin est annoncé interdit et réservé aux riverains, je descends me présenter en tant que fils d’ancien propriétaire. J’ai eu la chance de rencontrer une personne charmante et compréhensible devant ma démarche et pu revoir ce lieu mythique pour moi. Je pensais y passer la nuit mais l’endroit est devenu «privé». J’obtiens l’autorisation de rester là cette nuit et me positionne quelques 500m plus bas non sans avoir encore une fois testé la largeur de mon CC face un pont vieux comme le monde mais 16. Entendez par ....16.... 13 et 3 (très étroit) oui c’est nul je sais mais j’aime bien la faire (un vieux reste de mes années spéléo)

   

Bon demain faut que je repasse par là..... mm par mm on devrait y repasser. Savez quoi ? j’ai arrêter le CC sur le pont afin d’immortaliser l’évènement mais impossible d’ouvrir la porte... impossible de descendre du CC tellement la porte est proche de la margelle.

Je me suis donc arrêté après le pont dans un pré ou je me souviens y avoir fait les foins. Vers 20h, j’ai sorti la gaule et une ligne et trouvé quelques sauterelles comme a l’ancienne. Ben c’est 6 siffles que nous avons pêchés en toute illégalité (mais chut, on n’a pas la carte de pêche mais on les a remis l’eau).


 

Jeudi 6 juillet

Pas un bruit, pas une voiture, pas dérangés. Voilà l’endroit idéal pour y passer la nuit. Je mets le contact et bouge le CC de quelques cm pour enlever la cale. Je cale ! Je redémarre et recale. Punaise je suis embourbé ! Je ne comprends pas bien, le terrain est pourtant hyper sec. Punaise le frein à main... j’ai oublié !!!!! Meije rigole et ne manquera pas de relater l’évènement à son frère au téléphone dans ma journée. 

Programme aujourd’hui... Le musée des fermes comtoises proche de Besançon et rendre visite à Gilbert à Vuillafans, le frère de Marie-Rose de Vuillecin chez qui j’ai passé toute mon enfance. 

Une des fermes visible au muséee proche de Besançon


Pas de bol, le temps n’est pas au top et j’ai bien peur que la flotte ne s’invite à la visite du musée qui est en plein air. Il y a plut... tout le long de la visite. heureusement ils prêtent de grands parapluies ce qui limitent un peu les dégâts. Plutôt intéressant ce musée à ciel ouvert. Ce sont des fermes franc-comtoises qui ont été démontées puis remontées sur un grand espace bien aménagé avec son intérieur d’époque. Cela permet de voir l’environnement dans lequel vivant les agriculteurs et paysans en ce temps là. Meije a bien apprécié et je vous le recommande.

A l’entrée du parc sur le parking, un tout nouvel endroit dédié aux CC me permettra de vidanger et de remplir en eau potable moyennant un jeton de 2 euros.

Je reprends la route pour Vuillafans ou je resterai une bonne partie de l’après midi chez mes amis que je n’avais pas vu depuis plus de 25 ans.

Ou va t’on dormir ce soir ? Je regarde sur mon GPS.. Longeville n’est qu’a 8 km.. on y monte ! Déception en arrivant, l’aire de vidange est visiblement chez les agriculteurs et l’aire de stationnement en plein champ à l’écart de tout.. même su village. Meje ne souhaite pas coucher là en pleine nature je redescends la route pour remonter de l’autre coté de la montagne (par une route aussi étroite et bien raide) jusqu'à Lavans Vuillafans dans un France Passion.

L’endroit y est plutôt sympa, l’accueil aussi ce qui ne gâche rien. Si deux tracteurs sont passés en tout c’est le bout du monde. Sauf que les orages pêtent tout autour une bonne partie de la nuit.

 

Vendredi 7 juillet

Aujourd’hui, visite des sources de la Loue et du Lison. 
Le temps s’est arrangé et il fait beau. En arrivant à la source de la Loue, 6 CC sont là. Je me gare en masquant un beau panneau disant «stationnement réservé aux voitures privées, interdit aux camping cars. Si je ne peux m’arrêter, il me faut remonter quelques 3km plus haut et tout redescendre à pied. A mon avis ce panneau est illégal ou mal tourné. interdit la nuit oui.. pas la journée quand même. Devant mi un Vilamobil en 38 récemment immatriculé. Ne serait ce pas mon collègue de travail qui vient justement d’en acheter un ? Le monde serait petit !!! Mais le monde est petit et c’est bien Romain qui bosse avec moi qui venait de visiter la source avant de repartir à la pêche à la trouite, en grand pêcheur qu’il est, du coté d’Ornans pour la semaine.

La Source de la Loue... ... et celle du Lison

 

 

L’après midi nous passerons à la source du Lison du coté de Nans sous Sainte Anne que je trouve d'ailleurs bien plus beau que celle de la Loue. On m’avait parlé de la Taillenderie, une ancienne usine qui fabriquait des faux au siècle dernier. Direction donc ce musée vivant. On arrive juste à temps pour la visite et là.... nous replongeons dans un autre monde, celui du bruit des martinets qui martelaient le fer au rythme des grandes roues à eau. Impressionnant les conditions de travail de ces gens là dans le bruit, l’humidité... à 100 000 lieues de nos conditions actuelles. On nous montre comment d’une petite barre de fer on obtient une faux à la réputation inégalée ! Meije n’en perd pas une miette bien sûr.

Nous repartons direction les cascades du hérisson bien que l’on ai prévenu qu’il n’y ai plus une goutte d’eau. Aux cascades du hérisson, je me souviens qu’il y avait un atelier- magasin de bois, La Boisellerie. En effet et hop miracle, le stationnement des CC y est autorisé. Mieux encore, la commune du Frasnois autorise le stationnement mais propose des WC et une arrivée d’eau. Par contre la vidange y est interdite, on le comprend facilement. Volà une commune qui a tout compris ! Nous sommes 4 CC et la nuit sera calme. Nous ne sommes descendu qu’à la cascade Girard. Plus une goutte d’eau en effet, pas de regret de ne pas avoir fait les autres cascades comme le grand voile.

 

Samedi 8 juillet

On va commencer à redescendre doucement. Direction Clairveaux les Lac pour faire quelques courses, reprendre de l’argent et vidanger. L’aire de stationnement gratuit se situe en face de la gendarmerie. Un bref arrêt pour remplir en eau potable puis une vidange au milieu du parking derrière le magasin ATAC (bizarre cette bouche d’égout mais le panneau indique bien que c’est l’endroit précis...). Je passe par Saint Claude pour rejoindre le Lac Genin à coté d’Oyonnax. La monté au lac en cet fin de samedi après midi est quelque peu délicate car le route est étroite et la circulation presque dense. je comprends mieux en arrivant au lac, c’est LE COIN des oyonnaxiens. Faut dire que le lac Genin est magnifique et Camping Car magazine qui le cite dans son dernier numéro a bien raison. C’est un petit paradis pour la repos, la baignade et la pêche.

Le Lac Genin, au fond l'auberge et derrière, l'aire de service.

 

L’approche au parking ou sont stationnés les CC est difficile car les voitures sont garées de part et d’autres de la petite route. Finalement je passerai sans encombre au ralenti. 5 euros la nuit plus 0,20 ct de taxe par personne. Correct d’autant plus qu’une borne de service nous offre la possibilité de vidanger et refaire le plein. La pêche y est autorisée à la journée (3 euros pour 3 cannes) De la truite, brochet, perche, tanche, du gardon, bref de quoi ce faire plaisir ce que ne manquera pas de faire Meije après avoir liée connaissance avec un habitué du coin. Elle prendra finalement une perche pour son plus grand plaisir. La fin de nuit sera sous la pluie mais le début de matinée de dimanche sous les orages. Et en montagne quand ça pète.. ça pète. Je viens juste de démarrer lorsque la foudre tombe à une centaine de mètre du parking. Une lumière rosée et intense innonde l'intérieur du CC, le fracas de l'éclair est abassourdissant.... Il est temps que nous partions pour rejoindre la maison, pourquoi rester la journée sous une pluie battante ?

Voilà le récit d’une semaine passée à travers le Jura et le Haut Doubs entre visite de sources, musées, lacs et rivières. 


Date de dernière mise à jour : 12/10/2012