Albanie, Macédoine

Vendredi 19 novembre

A la sortie du Ferry, la première chose à faire fut le ravitaillement en produits frais.
Pas dépaysés du tout puisque un Carrefour grec est ouvert.....
Nous quittons Igoumenista en direction de l'Albanie. Les orangers sont murs, les immenses vergers sont très colorés.
On nous décrivait la route comme difficile, les temps ont changés et les travaux avancent vite.
En fait, une nouvelle frontière a vu le jour et une route digne d'une autoroute est née. 
Un duty free tout neuf est là et les Marlboro sont à 1,50 euros le paquet 

Passage à la frontière en 5mn chrono, juste le temps de jetter un oeil à l'intérieur du CC et hop, nous roulons sur un vrai billard....

   

 

Les premières images de l'Albanie nous ramènent quelques décennies en arrière.
Les champs sont couverts de petits bunkers. Il y a en a à perte de vues sur les premières lignes de défense albanaise.
Par moments, des bunkers de plus grosses tailles pointent leurs têtes bétonnées.
Certains sont même encore habités par d'étranges peluches répondant au nom de Pépère
Ce désormais célèbre Pépère nous accompagnera tout au long du voyage et tiendra à se faire prendre en photo
dans tous les plus beaux sites connus et visités

 

  

 

   

 

La dure réalité de l'Albanie nous rappelle à l'ordre. La route toute neuve s'arrête nette à l'entrée d'un village
laissant place à une route damée mais bardée de trous. Il a du pleuvoir à torrent ces derniers jours car tout est inondé. 
Le CC passe, grince, secoue mais passe.

En fait, cela laissera des traces car dans les franchissement de certains trous, la CC semble s'être quelque peu vrillé
faisant pousser de son ossature bois, les plaques d'alu de la coque. Le defaut moteur orange qui s'était allumé s'est éteint.
Mauvais gasoil italien ? C qui choque et ceci sur tout le long de notre parcours, ce sont ces habitations commencées mais jamais finies.
Que se soit en Albanie, au Kosovo ou en Bosnie, on retouve plus ou moins ce genre de maisons ou d'immeuble avec les murs, le toit mais sans fênètre ni cloisons.
Je ne saurais dire pourquoi....

Nous arriverons tant bien que mal sur ces routes défoncées à Vloré pour notre première nuit.
Télévisin française dans le camion, Ouzo à l'apéro.... nous serons dérangés vers les 20h par un vieux monsieur venu frappé à la porte du CC :
"Kapé, kapé !!!! " nous ne comprenons pas ce qu'il veut... et fini par partir.
4 mn plus tard il revient frappé mais en compagnie d'une personne de l'hôtel d'en face parlant anglais.
Cette personne nous explique un peu gênée que pour stationner ici la nuit sur la place, il faut l'approbation du monsieur en question.
Après que nous ayant compris la situation, le vieux monsieur main sur le coeur semble nous avoir donné son approbation
et nous enverra même des bisous avec sa main !!!!! 

   

 

      

 

L'Ouzo, en regardant les infos de France 3 et en surfant sur le net
Elle est pas belle la vie ?

 

Samedi 20 novembre

Lever à 7h après une bonne nuit très calme, on décolle à 8h40 et dans le mauvais sens.
Demi tour et passons près d’un marché… qu’il faut absolument voir. Difficile de trouver une place avec les 7,25m du CC (je m’en doutais de toute manière). Sacré marché ou se côtoie dindons vivant au sol, montagne d’œufs, tabac au kilo, chaussures plastique etc etc… 9h30 on goute des brochettes de porc… ca baigne quelques peu dans l’huile mais le citron rajouté donne un excellent gout. 
On reprend la route en direction de Fiers, punaise.. ca secoue….la route est pourrie mais pour l’année prochaine un autoroute est en construction et presque finie.. Ca bouge en Albanie.
On reprend un semblant d’autoroute d’où on voie des tas de choses…. Scooter,  charrette avec âne à contre sens,  vente de lapins vivant entre les deux voies…. Vache en train d’être dépecée sur le bord, accrochée à un pylône électrique et des jumelles radar. Beaucoup de contrôle à mon sens.

Arrivée à Elbasan pour manger à midi, il fait grand soleil et 18°. On trouve un petit bar : Feta grillée, saucisses, pain et 0,5l de bière pour 800 lekes soit moins de 6 euros.

       

La place de notre première nuit avec la bénédiction du vieux monsieur
La misère et saleté à tous les coins de rues. Vaches, chiens et chats dans les même poubelles

 

  

Petit déj matinal, notre quotidien

     

Le midi, les petits boui-boui.....

 

     

Elbasan et son marché incroyable..

 

Le passage de la frontière Albanaise-Macédonie se passe en 10mn sans fouille du CC.
Puis se sera la remonté vers Tetovo, seconde ville macédonienne en passant par une petite route longeant un lac d’une saleté….. incroyable. Ce qui me choquera de l’Albanie et la Macédoine, c’est l’état de saleté du pays sans parler de la pauvreté. Entrée dans Tétovo.. énormenent de monde qui roule dans tous les sens. 17h, il fait déjà nuit et c’est déprimant ! On trouve un parking de supermarché : Véro c’est son nom. Finalement on ne sent pas en sécurité dans cette ville. On va manger et rejoindre la frontière du Kosovo ou on doit pouvoir dormir. Un point positif, une connexion internet au top….. on traine sur Facebook puis on mange et Benji décide d’aller filmer de nuit dehors.
« Qu’est que vous foutez là ? » Et c’est la rencontre de Blavichka (je l’ai bien écrit ? sinon elle va me tirer le oreilles). Parti de Macédonie à 7ans, elle a fait sa jeunesse, études et travail à Lille et parle français bien sur sans accent. Finalement, elle est revenue au pays en 82. Nous avons eu une longue discussion avec, qui nous a mis en garde sur le climat du pays (bien que nous français ce ne serait peut être pas le cas). Macédoniens et albanais vivent dans ce pays avec visiblement une haine réciproque. Blavichka nous propose que nous de montions coucher à son village natal à 5km de la frontière du Kosovo. Elle nous a même proposé la maison de sa maman…. quelle leçon de savoir vivre pour nous français !!!! Après quelle nous ai remis sur la route de la frontière nous montons à la frontière, il est minuit. 5km avant la frontière, on trouve le petit village de Rogacevo. Houlla Blavichca.. ça monte ! En arrivant sur la place, on sait déjà que nous n’allons pas pouvoir dormir ici, le terrain est très en pente. Ce village semble en effet très beau mais nous allons rejoindre la frontière.
0h45… frontière du Kosovo.  Un douanier est droit dans la nuit et le froid macédonien, 3°. Il ne comprend pas lorsque nous lui demandons s’il est possible de dormir ici. Il part réveiller son chef qui parle un peu anglais… mettez vous là …. Pas de problème de sécurité ! … tu m’étonnes !!!!! Merci monsieur ! 

 

   

La frontière entre l'Albanie et la Macédoine
Benjamin , une histoire de poêles ....

 

 

Un long lac bordé de déchets

Date de dernière mise à jour : 06/11/2011