De Pompéi à Camerota

Mardi 26 avril

Toute la nuit la pluie est tombée. Aie ! Cela va compromettre notre montée au Vésuve !
En effet à 8h15 il pleut encore et le vent souffle, je décide donc de reprendre la route, le Vésuve ne nous veut pas ? Qu’à cela ne tienne, on ira voir plus haut, plus beau du coté de l’Etna (on se console comme on peut !)
Je décide de prendre la route qui longe la mer vu que nous sommes en avance sur mes prévisions. 

De mémoire je n’ai jamais vu un tel bouchon aussi long (27 km) . Entre Salerno et Agropoli ce n’est qu’une file interminable de véhicules que je croise. Je bénis le seigneur (je déconne) de ne pas me retrouver dans cette file. Pourtant j’étais à la hauteur d’Eboli la ville natale de ma collègue de travail Anna mais c’est aussi la ville ou le Christ aurait fait un arrêt (la suite je ne me rappelle pas.. excuse moi Anna) Un arrêt ? Tiens justement c’est ou que je peux moi aussi vidanger ?
Le pire sera à venir après Agropoli. J’ai voulu prendre la petite route le long de la cote…. Mais qu’est ce qu’y m’a pris ? moi qui aime bien rouler…. Ben j’ai roulé… mais pas comme je voulais. Pente à 12%, routes défoncées mais sans prévenir, affaissement de terrain… rétrécissement de chaussées.. la totale !!!!
LeVoyageur même avec les Dunlop brasse et rebrasse. Tout semble bouger dans le CC mais ça passe. Excepté en Albanie, je ne me souviens pas d’avoir autant été brassé ! Même la Bosnie et la Macédoine sont des autoroutes à comparer de ces petites routes italiennes.
Ascea, petit village côtier en hauteur… un feu alterne la circulation mais bien évident en panne…. Je rentre en serrant les voitures qui bien sûr se gare à l’arrache.. et je tombe sur une zone de travaux avec un passage sur un genre de pont de 2,50 de large qui se prend de travers !! L’angoisse ! Si je rase de l’avant, l’arrière va-t-il passer ? Je me dis que maintenant je comprends mieux pourquoi tous  anciens qui étaient sur la place à la terrasse des cafés que je viens de passer me regardaient curieusement. Z’ont jamais vu de français en CC ? 
Et bien désormais je comprends mieux. Je suis passé bien sur mais j’en garderai un souvenir impérissable. Je me dis que j’ai le compas dans l’œil et que je connais désormais très bien les cotes de mon véhicule.

Autre problème, il me faut trouver une pharmacie (farmacia) . Meije tousse et a mal à la gorge. Elles n’ouvrent qu’à 17h encore fallait il le savoir. C’est en arrivant à Camerota que je trouverai et une pharmacie, et un parking gratuit pour la nuit, et un market pour les courses. Bon allez expliquer à la pharmacienne que ma fille a mal à la gorge et qu’elle toute.. « Meije, tousse, montre à la dame que tu as mal…. » (20 euros le sirop.. !)  On va dormir là cette nuit mais demain, promis, je rejoins l’axe principal et l’autoroute pour descendre en Sicile.
1,509 c’est le prix du litre de GO que j’ai payé aujourd’hui !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Heureusement que j’ai abaissé ma vitesse de croisière en me calant à 90-95. Du coup j’obtiens une moyenne de 12,4 au 100. Je crois que cela va être difficile de descendre plus bas avec le V6.


En arrivant cet après midi dans ce petit village, on se disait que c’était bizarre, cela sentais aussi l’œuf pourri ou quelque chose comme ça. Il n’y a pas de cratère pourtant par là ? C’est les remontées d’égouts du CC. Punaise, ca fouette sérieusement ! On a beau asperger de parfum… ouvrir les fenêtres.. cela persiste. Au market du village je demande de l’eau de javel ou quelque chose de similaire pour désinfecter. Je dois avoir du mal à me faire comprendre car on me propose du désinfectant pour plaies…. pour mettre dans le linge…. de l’eau oxygénée… bref.. rien qui ne convienne et oh miracle… une lueur d’espoir dans l’œil de mon vendeur.. du Bref WC Forza Gel Disincrostante Limone.  Rien que ça ! Si je me souviens bien.. 4,50 euros. Et ça marche…  plus d’odeurs désagréables dans le CC ! Qu’en je pense qu’à la maison j’ai du produit à 15 euros de chez NA et qui fait la même chose…….. 

130 km seulement aujourd’hui et une grosse angoisse mêlée de stresse sur ces routes italiennes qui sont : défoncées…. pourries.. étroites…. montagneuses qui virent à angle droit très sec. Je m’étonne moi-même d’avoir mon CC particulièrement bien en main avec le « compas dans l’œil. Pas ou peu de photos aujourd’hui, un peu de vidéo HD demain sera un autre jour.

Date de dernière mise à jour : 06/11/2011